menu

créer un compte se connecter

Entrepreneurs, vous êtes le produit de l’évolution !

Dossier : « Entreprenariens Sapiens, une espèce en voie de développement »

Article n°1L’évolution

_____________________________________________________________

 

Omniprésent dans les médias, l’entrepreneur, innovant et producteur de richesses, semble susciter un intérêt nouveau. D’ailleurs, être « micro-brasseur » n’est-il pas désormais plus tendance qu’être cadre supérieur ? Vous n’avez pas tort ! Mode passagère ? Et bien non. Que vous soyez un entrepreneur 24/7 ou du dimanche, vous êtes le résultat d’une évolution historique logique. Explications.

 

Nouvelle coqueluche du monde politique et du marketing, l’entrepreneur indépendant est sollicité de toutes parts ! Effet du hasard ? Non, c’est d’une logique imparable. Vous l’avez remarqué, notre économie connaît de profondes évolutions qui influencent le monde du travail et par effet de dominos, vous aussi ! Que vous soyez salarié ou indépendant, vous êtes le fruit de trois grandes évolutions qui font (ou vont faire) de vous un entrepreneur professionnel ou amateur :

 

  1. Première évolution : Une réponse au chômage de masse

 

Des années 50 à aujourd’hui, lorsque l’on parle travail (médias, politique, marketing), on parle surtout « salariat ». C’est normal, entre 1970 et 2000, les travailleurs indépendants passent de 20% à 10% de la population active dans des pays comme la France ou la Belgique . On ne s’intéresse donc plus tellement à eux…

Aujourd’hui, ce n’est plus une surprise pour personne, nous vivons dans un contexte de chômage de masse durable. Nous assistons du coup à une tendance inverse : le travail indépendant devient une alternative au salariat, puisque ce dernier, quand il existe encore, n’est plus garant de sécurité.

Du côté politique, on semble conscient que réduire le chômage uniquement en créant des postes salariés est une illusion. En conséquence, décideurs, médias et marketeurs s’intéressent davantage aux carrières professionnelles « alternatives », jusqu’alors peu considérées.

Regardez autour de vous : face au chômage, on ne compte plus la multiplication des formes atypiques de statuts d’activités ! Vous connaissez certainement tous dans votre entourage un « intermittent » du spectacle, un indépendant complémentaire, un auto-entrepreneur, et la liste est encore longue.

 

 

Toutes ces formes de travail, plus ou moins récentes, ont pris place dans un contexte économique particulièrement incertain où les alternances entre période de salariat, de chômage et de création d’entreprise sont devenues courantes. L’évolution devient si importante que l’on commence même à parler des entrepreneurs pluriactifs, c’est-à-dire, vous !

 

 

Deuxième évolution : La technologie au bout des doigts

La seconde évolution, ou plutôt révolution, repose sur deux bouleversements : La restructuration (voire disparition) de l’industrie et la « révolution » technologique.

Si autrefois l’entrepreneuriat semblait réservé aux hommes riches et puissants, capables de bâtir (et d’investir) dans de coûteux ensembles industriels, ce n’est plus vrai aujourd’hui. Les nouvelles technologies ont contribué à diminuer les coûts de production, de communication, de gestion des entrepreneurs, même pour ceux dont le cœur de métier reste éloigné de ces dites-technologies.

 

 

evolution_entrepreneurs

L’entrepreneuriat mondialisé au 19e siècle : J. D. Rockfeller

 

 

Aujourd’hui, avec un site web, un smartphone et un compte en banque vous avez le B.A.BA d’une entreprise officielle. Les nouvelles technologies, principalement numériques, ont drastiquement diminué les coûts et les compétences nécessaires au lancement d’un produit innovant.

Évolution récente : l’entrepreneur peut à présent s’occuper de tâches de plus en plus diversifiées, parfois éloignées de son cœur de métier. Comptabilité, facturation, financement, administration, logistique, … autant de tâches devenues réalisables sans compétences spécifiques grâce aux évolutions technologiques…

Attention toutefois : Associer « entrepreneuriat » et « innovation » avec le secteur des startups de l’économie numérique est un raccourci que les médias ont l’habitude de prendre. Pourtant, les activités des entrepreneurs sont bien plus diversifiées que les entreprises technologiques habituellement représentées. Il n’y a qu’à observer l’engouement des entrepreneurs « downshifters », pour les métiers manuels, pratiques ou qui contribuent directement au bien-être sociétal…

 

Troisième évolution : Tous entrepreneurs ! Même au bureau…

La troisième grande évolution est caractérisée par l’autonomie accrue des salariés sur leur lieu de travail. Venues du monde anglo-saxon, les nouvelles méthodes de management atténuent la frontière entre salariat et indépendant. Même en étant salarié on commence à se sentir « entrepreneur ». La tendance actuelle : Les sociétés cherchent à se « moderniser » autour de « l’esprit d’entreprise », et renvoient les salariés à eux-mêmes et à leurs « capacités entrepreneuriales » (souvent imposées).

Aviez-vous remarqué que les contrats de travail et les rémunérations individualisées devenaient la norme ?

Aujourd’hui, le statut de certains salariés est ainsi considéré comme de l’« intrapreneuriat » (internal entrepreneurs en anglais). Il s’agit d’une transformation progressive des conditions d’embauches, où l’on vous incite, en tant qu’individus à être l’entrepreneur de votre propre carrière, de justifier votre « employabilité » au sein d’une entreprise.

 

Vous avez dit “Tous entrepreneurs” ? On y arrive bientôt…

 

Comme nous venons de la voir, l’entreprenariat tel que représenté à l’heure actuelle est le fruit d’une évolution démarrée il y a un demi-siècle. Si les grandes entreprises ne sont pas capables (ou ne souhaitent pas) d’apporter la sécurité et la qualité de vie dont nous avons besoin, créer des petites entreprises constitue certainement une solution riche en perspectives.  L’auto-entrepreneur étant plus proche de sa communauté, il y a fort à parier qu’il saura faire preuve de plus de créativité pour apporter de la valeur tout en respectant l’humain et l’environnement.

Une chose dont nous sommes par contre certains : Face à ces évolutions, notre conviction à soutenir les entrepreneurs dans leurs activités, les aider à garder le sourire et se développer en toute sérénité en ressort renforcée.

 

Photos et illustrations : Koalaboox & Joseph Brown pour Koalaboox

 

______________________________________________

 

Dossier : « Entreprenariens Sapiens, une espèce en voie de développement »

Vers l’article n°2 → L’évolution