menu

créer un compte se connecter

Vous êtes un artisan « Made In Belgium » ? Faites-vous certifier !

Saviez-vous qu’il était désormais possible de se faire reconnaître et certifier comme « artisan » ?  Une occasion unique de valoriser son savoir-faire, parfois méconnu, et de rappeler sa contribution à l’économie locale. Notre entrepreneur Koala, Vincent Verleyen de la Fromagerie du Samson est là pour le témoigner.


C’est un succès ! Depuis juin, 380 certifications ont été décernées par la commission et le conseil artisan. Soucieux de distinguer et valoriser davantage l’artisanat local, le Gouvernement belge a décidé d’aider à sa promotion en développant un label exclusif. Et de ce que l’on a pu entendre, les demandes continuent d’affluer…

 reconnaissance_artisan

D’après les chiffres du gouvernement, quelques 260.000 entreprises (personnes physiques ou morales) de moins de 20 travailleurs pourraient potentiellement être qualifiées d’artisans. Parmi celles-ci, environ 1000 entreprises sont inscrites comme “artisanales actives” à la Banque Carrefour des Entreprises.

 

Mais un artisan, c’est quoi au juste ?

La nouvelle loi entrée en vigueur le 1er juin dernier définit l’artisan comme : une personne physique ou morale active dans la production, la transformation, la réparation, la restauration d’objets, la prestation de services dont les activités présentent des aspects essentiellement manuels, un caractère authentique, développant un certain savoir-faire axé sur la qualité, la tradition, la création ou l’innovation.

Borsus certification artisanEt 1 de plus, remise d’une certification par le Ministre W. Borsus

Le Ministre des Classes moyennes, des Indépendants, des PME, de l’Agriculture et de l’Intégration sociale Willy Borsus a d’ailleurs déclaré : « Avec cette définition légale, les artisans verront leur savoir-faire enfin reconnu et protégé. Instaurer une définition légale de l’artisan, c’est reconnaître leur talent, valoriser et protéger leur travail. L’or qu’ils ont dans les mains mérite d’être connu, reconnu et protégé ».

 

Pour Koalaboox, l’importance de l’économie locale et de ses retombées positives sur les entrepreneurs n’est plus à démontrer. Nous allons plus loin en considérant l’artisan à la fois comme un ambassadeur de sa région, de sa culture et son histoire. Mais c’est aussi une personne qui prouve que l’économie locale peut constituer une alternative possible à une économie de marché, basée sur le profit à court terme, sans considération pour les gens, la culture ou l’environnement .

 

Prénom : Vincent – Nom de Famille : Maître Fromager de Belgique

 

vincent verleyen Koalaboox

Récemment labellisé « Artisan de Belgique », nous avons justement rencontré Vincent Verleyen, de la fromagerie du Samson, atelier situé au cœur de la vallée du Samson, près d’Andenne.


Samson banner

 

KoalaBoox : Bonjour Vincent, vous vous êtes fait certifié « Artisan de Belgique ». Est-ce que, à l’heure actuelle, ce statut vous apporte quelque chose en plus ?

Vincent Verleyen : Honnêtement, les gens qui viennent chez moi sont déjà sensibilisés à l’artisanat local. Mais le logo va leur apporter une garantie supplémentaire et motiver de nouveaux clients à faire quelques kilomètres supplémentaires pour avoir un fromage de qualité et un accueil agréable.

J’ai fait la démarche car je me suis dit que cela pouvait nous constituer une reconnaissance supplémentaire, de nous différencier des fromagers « classiques » qui ne font que de la vente. Mais honnêtement pour le moment je ne perçois pas encore de retours. Je sens que ce label, qui a remporté un franc succès en termes de demandes, se cherche encore. Par exemple, je n’ai jamais reçu de visuels du logo, j’ai dû l’imprimer chez moi et le coller sur ma devanture. Mais bon, c’est une initiative récente et qui a le mérite d’être portée par le gouvernement. Il était temps, et ça va dans le bon sens. Nous verrons bien sur quoi cela débouchera concrètement dans les mois à venir. Ce serait par exemple intéressant que ce statut donne d’autres avantages aux artisans que la notoriété, comme une réduction du taux de TVA.

 

KB : Sur le plan moral, au-delà de cette certification, que représente pour vous le statut d’artisan ?

VV : Cette certification ne fait que renforcer ma philosophie. L’artisanat, c’est travailler avec une certaine éthique, avec ses mains, faire de l’art en quelque sorte. Nous travaillons à échelle humaine. Pour vous donner un exemple, j’ai des contacts personnels avec mes fournisseurs, nous n’avons pas de contrats, si ce n’est des accords verbaux et moraux. Tout se joue sur la confiance. C’est quelque chose que l’on sait faire lorsque l’on est un véritable artisan. J’ajouterai également l’importance de la transmission. Les livres et les manuels n’enseignent pas tout. J’ai reçu un savoir-faire de certaines personnes et c’est à moi de le mettre en pratique, le faire évoluer puis de le transmettre au suivant.

Quel que soit le métier, le statut d’artisan est magnifique, c’est dommage que l’administratif et les coûts viennent ternir ce tableau. Si l’on a considérablement augmenté la qualité dans les fromages, au même moment on est soumis à davantage de contrôles (nécessaires, je précise), mais sans aucune aide à l’accompagnement et à l’adaptation aux normes. Avec un rythme de travail déjà intense, ça décourage beaucoup de monde, surtout les plus jeunes.

 

KB : Constatez-vous une évolution dans les demandes ou attentes des clients par rapport à vos produits, les fromages ?

VV :  C’est vrai, aujourd’hui le client s’est rendu compte que les produits de qualités peuvent se trouver à côté de chez lui. Le local revient dans l’air du temps. Il ne faut plus systématiquement proposer quelque chose d’exotique pour attirer. La preuve : les grands yeux que vous avez faits en entrant dans mon atelier prouvent que l’artisanat local est devenu lui-même quelque chose d’exotique (rires). Et je le vois dans mon chiffre d’affaire : les fromages régionaux (wallons, belges, ndlr) se vendent beaucoup mieux qu’avant. Les gens aiment voir d’où viennent les produits qu’ils consomment et, ça tombe bien, j’aime faire visiter mon atelier aux gens. C’est génial ! Pour ça, je vois clairement une évolution.


Artisanat belge
L’artisanat fromager belge n’a rien à envier à ses voisins

 

Comment se faire certifier « artisan de Belgique » ?

 

Quelles conditions faut-il remplir ?

La reconnaissance n’est possible que pour les artisans enregistrés à la Banque-Carrefour des Entreprises comme entreprise commerciale, artisanale ou non commerciale de droit privé, pour l’exercice d’une ou plusieurs activités. Cette définition ne s’applique qu’aux entreprises qui comptent moins de vingt travailleurs.

L’artisan qui répond aux conditions de la loi peut introduire une demande auprès de la Commission « Artisans » afin d’obtenir la qualité d’artisan.

L’artisan reconnu pourra utiliser dans sa communication grand public le logo suivant :

 Logo_certifié

Toutes les personnes qui exercent une profession artisanale sont donc invitées à en faire la demande afin de pouvoir utiliser officiellement le logo et se faire connaitre au grand publique via le registre des artisans qui sera prochainement disponible sur le site web du SPF Economie, PME, Classes moyennes et Energie.

Plus d’infos : http://economie.fgov.be/fr/entreprises/vie_entreprise/reconnaissance_artisan/#.V0xdmZWhfIU

Les entreprises certifiées sont reprises dans un registre officiel qui permet à toute personne de les trouver facilement : https://regartisans.economie.fgov.be/regartisans/search?lang=fr&form=

Photos : Koalaboox, Ramina Seidova, Borsus et Fromagerie Samson