menu

créer un compte se connecter

La mesure « 1er travailleur » cartonne ! Avez-vous franchi le pas ?

En 2016, les entrepreneurs indépendants sont de plus en plus nombreux à pouvoir se permettre d’engager leur premier travailleur. La preuve, leur nombre a augmenté de 27 % en un an. Une évolution positive que le gouvernement attribue au Taxshift. Et vous, avez-vous déjà envisagé de franchir le pas ?

 

 

D’après l’ONSS et les secrétariats sociaux, en 2015, ils étaient  12.694 nouveaux primo-employeurs au 1er semestre 2015. Un an plus tard, ils sont 16.100 au 1er semestre 2016 ! Une différence positive de 3 406 entrepreneurs à avoir franchi le pas du premier engagement : un beau score. Ces chiffres sont en grande partie imputables à une des mesures décidées dans le cadre du Taxshift : l’absence de cotisations sociales patronales principales à vie sur le premier engagement.

Depuis le 1er janvier 2016 et jusqu’à fin 2020, tous les employeurs qui engagent un premier travailleur bénéficient d’une exonération des cotisations sociales patronales principales à vie sur ce premier travailleur. Cette disposition a pour but d’aider un maximum d’indépendants à franchir le « premier pas » de l’engagement. Le Ministre des Classes moyennes, des Indépendants et des PME, Willy Borsus va plus loin en précisant “qu’à cette mesure s’ajoutent également les réductions de cotisations qui concernent le 2ème jusqu’au 6ème travailleur et qui ont aussi dopé les engagements. Toutes ces réductions permettent ensemble une économie moyenne de 70.000 € en 4 ans pour une entreprise qui engagerait ses 6 premiers travailleurs à temps plein. »

Quelles cotisations sont visées par l’exonération ?

Attention, seul le taux de base des cotisations patronales est visé par ces mesures. Elles concernent les différents secteurs de la sécurité sociale (pension, chômage, accidents du travail, maladie professionnelle, assurance maladie-invalidité).

Les cotisations personnelles du travailleur de 13,07% restent dues. Cette exonération n’a d’impact que pour l’employeur, elle n’a pas d’impact au niveau de la rémunération nette du travailleur.

Cette mesure est liée au “premier emploi” et non pas à la personne qui l’occupe. La dispense reste donc acquise, même si le travailleur quitte son emploi.

Motivé à engager votre premier employé ? Toutes les informations pratiques se trouvent ici sur le site de l’ONSS

 


L’embauche du « 1er travailleur » en Belgique, ça donne quoi ?

Pour vous donner une idée du taux d’embauche « 1er travailleur » par Région, on constate une augmentation des primo-employeurs de 23 % pour la Région flamande, de 25 % pour Bruxelles et de 34 % pour la Région wallonne.

Au niveau des Provinces, c’est dans la Province du Luxembourg qu’on note le meilleur résultat avec une augmentation de 47 % par rapport au 1er semestre 2015.


Nombre de nouveaux employeurs au 1er semestre

Région – Province 2012 2013 2014 2015 2016
Région BXL 2.177 2.151 2.281 2.158 2.697 +25%
Région flamande 6.454 6.490 6.982 6.661 8.219 +23%
Anvers 1.983 1.971 2.145 1.997 2.432 +22%
Brabant flamand 938 958 971 911 1.186 +30%
Flandre occidentale 1.275 1.242 1.412 1.366 1.640 +20%
Flandre orientale 1.408 1.427 1.468 1.455 1.848 +27%
Limbourg 850 892 986 932 1.113 +19%
Région wallonne 3.816 3.985 3.856 3.875 5.184 +34%
Brabant wallon 500 498 496 518 744 +44%
Hainaut 1.284 1.388 1.341 1.308 1.757 +34%
Liège 1.272 1.291 1.237 1.255 1.617 +29%
Namur 260 279 285 304 344 +13%
Luxembourg 500 529 497 490 722 +47%
Belgique 12.447 12.626 13.119 12.694 16.100 +27%

Crédit photo : Startup Stock Photos