menu

créer un compte se connecter

Quelle littérature estivale pour quel entrepreneur ? Voici notre top 5

Vous êtes indépendant ? salarié ? fonctionnaire ? étudiant ? … Une de vos résolutions n’était-elle pas justement de vous instruire en lisant davantage ? Pas seulement le dernier Guillaume Musso ou des citations philosophiques de votre fil LinkedIn, mais avec du vrai, de l’inspirant… Vous avez raison ! C’est le moment, c’est l’instant ! Avec notre sélection littéraire, vous avez encore un bon mois pour vous informer et , in fine, pourquoi pas changer de cap voir vous (re)lancer une bonne fois pour toute… PS : N’oubliez pas de remettre de la crème indice 50 de temps en temps.

 

Découvrez notre sélection estivale, crû 2018 :

 

N°5 – “Il est temps d’entreprendre” de T. Pearson

N°4 – “La Grande épopée de Picsou” de D. Rosa

N°3 – “L’éloge du carburateur” de M. B. Crawford

N°2 – “Start-Up, arrêtons la mascarade” de N. Menet et B. Zimmer

N°1 – “La révolte des premiers de classe” de J.-L. Cassely

 

 

      1. N°5. “Il est temps d’entreprendre”

        De Taylor Pearson

 

Koalaboox_été_littérature_entrepreneur

On y va tout doux, on est bien d’accord…

 

Vos examens ou/et les vacances sont déjà bien entamés ? Vous êtes terrorisé à l’idée de retourner dans cet open space perdu au milieu d’un zoning bétonné ? Vous vous dites qu’en septembre il est, enfin, temps de se lancer pour de bon ? Vous hésitez encore ?

Lancez-vous !

Il est temps d’entreprendre ! est un ouvrage éclairant qui vous convaincra que jamais l’entrepreneuriat n’a été aussi accessible, rentable et sûr qu’aujourd’hui. Vous n’avez plus besoin de disposer d’un capital colossal ni d’un diplôme ultra-spécifique, vous pouvez sauter le pas sans risque et vous construire un meilleur équilibre de vie.

L’auteur, Taylor Pearson a passé trois années à aider des entrepreneurs à faire grandir leur business, de Los Angeles au Vietnam, du Brésil à New York, et ce, dans des domaines très variés. Une référence pas pompeuse pour deux sous.

 

Chez Koalaboox on a aimé : En partant des expériences de l’auteur, complétées par ses propres recherches, il va vous démontrer que nos économies occidentales ont basculé et vous apprendre pourquoi il est devenu plus sûr d’être entrepreneur que salarié, comment se lancer dans l’entrepreneuriat sans tout risquer et enfin comment tirer parti des nouvelles opportunités entrepreneuriales offertes par la mondialisation et la technologie.

On a moins aimé : Les exposés et exemples sont instructifs, mais bon… ça reste du papier, certains cas on doute de la mise en pratique dans la vie réelle…. De plus, les problèmes et les échecs auxquels les entrepreneurs doivent faire face dans ce livre sont à chaque fois sans réelles conséquences et permettent de « rebondir » au mieux, bref, au service de la démonstration. Pas sûr que tout entrepreneur avertis s’y identifiera.

 

Intéressé ?

Cliquez sur l’ouvrage pour être redirigé vers le webshop de l’éditeur (et on ne gagne pas un sous dessus 😉 )

 

_____________________________

 

 

      1. N°4. “La grande épopée de Picsou”

        De Don Rosa

 

Allez, on s’octroie une pause entre deux révisions estivales de ‘management de crise en entreprise’… A la recherche d’inspiration pour la rentrée ? Laissez tomber les classiques biographies de Steve Jobs, Bill Gates ou autres et intéressez-vous plutôt à celle du plus riche et plus colérique des entrepreneurs anglo-saxon : Mr. Picsou himselph !…

 

Koalaboox_épopée_Picsou

Pour ceux qui doivent réviser cet été, pourquoi pas se replonger dans l’histoire du plus colérique des entrepeneurs ?

 

On s’intéresse ici à la jeunesse de Picsou, la tranche de vie qui le mènera de cireur de rue à ses célèbres séances de natation dans son coffre fort. L’ouvrage se décline en une série de petites histoires (comics), publiées entre 1994 et 1996 par Picsou Magazine pour la version française. L’auteur, Keno Don Rosa y raconte les voyages foireux du canard aux quatre coins du monde pour tenter de faire fortune, ses relations familiales, sentimentales (si, si !) et surtout ses coups d’éclats plus ou moins avouables pour parvenir au sommet de sa vie.

 

Chez Koalaboox on a aimé :  C’est l’une des meilleures BD du canard entrepreneur le plus connu ! On connaît tous l’oncle de Donald, richissime et radin, qu’est Picsou, mais moins ses jeunes années. Avec plusieurs niveau de lectures possibles, l’histoire s’adresse aussi bien aux enfants d’entrepreneurs qui se demandent pourquoi papa ou maman travaillent tard le soir et se perdent dans leur comptabilité qu’aux managers accomplis qui se retrouveront dans le parcours du canard. Au sens propre comme au sens figuré, leur propre aventure entrepreneuriale en quelque sorte… .

On a moins aimé : son caractère irascible et sa facilité déconcertante à accumuler des montagnes de trésorerie… On est tous un peu jaloux… mais n’avons nous pas un peu de Picsou en chacun de nous ?

 

Intéressé ?

Cliquez sur l’ouvrage pour être redirigé vers le webshop de l’éditeur (et on ne gagne pas un sous dessus 😉 )

 

______________________________

 

 

      1. N°3. “L’éloge du carburateur”

        De Mathew B. Crawford

 

Oubliez les bibliographies simplistes et condescendantes de gars comme Steve Jobs ou Richard Branson, voici du lourd ! Véritable livre de chevet, voire Bible 2.0 pour les indépendants en quête d’un travail qui fait du sens, L’éloge du carburateur est ZE livre à posséder dans votre bibliothèque du Manager 15.0.

 

Koalaboox_eloge_carburateur_été

On the road… Somewhere… (between Zellik et Walfergem)

 

L’ouvrage nous parle de l’expérience personnelle de l’auteur, un brillant universitaire, bien payé pour travailler dans un think-tank (sorte de consultant lobbyiste) à Washington. Au bout de quelques mois, déprimé, il démissionne pour ouvrir… un atelier de réparation de motos. À partir du récit de sa reconversion professionnelle, il nous livre (de façon assez drôle) une réflexion sur le sens et la valeur du travail dans nos sociétés.

Il restitue l’expérience de ceux qui s’emploient à fabriquer ou à réparer des objets dans un monde où l’on ne sait plus rien faire d’autre qu’acheter, jeter et remplacer. Il montre que le travail manuel peut même se révéler beaucoup plus captivant que tous les nouveaux emplois de l’« économie du savoir ».

 

Chez Koalaboox on a aimé : L’auteur ne fait absolument pas la leçon, ni d’exposé rébarbatif. Le livre est bourré d’anecdotes, de récits et de réflexions sur l’intérêt réel du « travail intellectuel », dont on nous rebat les oreilles depuis que nous sommes entrés dans l’« économie du savoir ».

On a moins aimé : Heuuu… L’auteur se lance dans l’aventure avec une expérience professionnelle derrière lui et… un beau capital de départ. Il se lance donc dans de meilleures conditions que le starter sorti tout frais des études ou que l’entrepreneur en faillite qui cherche à se relancer. D’un point de vue purement pratique, pas sûr que tout le monde s’identifiera à l’auteur/personnage du livre.

 

eloge_carburateur_KoalabooxIntéressé ?

Cliquez sur l’ouvrage pour être redirigé vers le webshop de l’éditeur (et on ne gagne pas un sous dessus 😉 )

 

______________________________

 

 

      1. N°2. “Start-Up, arrêtons la mascarade !”

        De Nicolas Menet et Benjamin Zimmer

Faisons de la startup un projet de société et non plus un phénomène sociétal !” C’est en gros le propos des deux auteurs du livre, Nicolas Menet et Benjamin Zimmer, anciens créateurs et dirigeants de startups, purs produits du monde des startups de la Silicon (USA) et Silver (France) Valley.

 

Koalaboox_startup_entrepreneurs

Le ‘startupper cool’, partagé entre sa volonté de changer le monde et sa recherche effrénée de soutiens financiers…

 

Les deux entrepreneurs dressent un historique de la naissance du phénomène des startups (et surtout de leur engouement quasi messianique), de l’émergence de la société de consommation, en passant par la révolution numérique et la crise financière de 2008. Il pointent du doigt toutes les contradictions de ces nouveaux entrepreneurs entre volonté de créer un “better world“, obsessions pour les levées de fonds, gaspillage d’argent public, visions à très court terme…

Dans la suite de l’ouvrage, on découvre l’histoire d’un jeune entrepreneur fictif, Tom, qui va planter sa startup, malgré ses succès initiaux. Les auteurs pointent toutes les erreurs que le jeune entrepreneur commet au fil de l’aventure. Si certaines relèvent de sa responsabilité, le livre montre que la plupart s’explique par le mode de fonctionnement pervers du système, notamment en matière de financement et d’accompagnement.

En guise de conclusion, les deux auteurs plaident pour faire “entrer les startups dans l’âge de raison” avec un nouveau modèle pour l’écosystème qu’ils appellent la “profitabilité intégrale”. Le but ? Mettre la technologie au service du progrès social, économique et écologique. L’ouvrage cite d’ailleurs plusieurs exemples d’entreprises dont BlablaCar est sans doute le plus connu.

 

Chez Koalaboox on a aimé : La critique à contre-courant du monde joyeux et cool des start-ups à l’univers de l’entrepreneuriat. L’ouvrage cible efficacement les dérives de certaines startups, incubateurs ou pouvoirs publics tout en proposant des pistes pour aller vers un modèle plus juste et plus responsable. Rafraîchissant.

On a moins aimé : Le côté donneur de leçons et repentis de leurs auteurs. Sont-ils sincères ou surfent-ils simplement sur une vague à contre-courant car ils n’ont pu ou voulu s’insérer dans ce monde qu’ils critiquent ?

startup_mascarade_dunod_Koalaboox

Cliquez sur l’ouvrage pour être redirigé vers le webshop de l’éditeur (et on ne gagne pas un sous dessus 😉 )

______________________________

 

 

      1. N°1. “La révolte des premiers de classe”

        De Jean-Laurent Cassely

On voit depuis quelques années des jeunes (sur)diplômés qui quittent leur emploi pour satisfaire une envie de faire quelque chose de concret plutôt que de gaspiller leur temps dans un emploi de « cadre ou profession intellectuelle supérieure ». Regardez autour de vous… Qui ne connaît pas quelqu’un qui s’est lancé dans un projet de production alimentaire ou vestimentaire bio ? Ou d’une application révolutionnaire ? D’un projet social ou du moins qui fait du “sens”?

 

Koalaboox_revolte_premiers_classe

Descendre de son piédestal pour exercer une activité “noble” et “utile”. Est-ce là le nouveau credo des jeunes (sur)diplômés ?

 

Dans cet ouvrage, le journaliste présente ces travailleurs (sur)diplômés dont les projets entrepreneuriaux sont menés seuls, en couple ou entre quelques associés, souvent une bande de copains. Restauration, ferme urbaine, foodtruck, artisanat, tout y passe. Par leur ingéniosité, leur fraîcheur mais aussi parce qu’ils restent des intellectuels et portent un regard volontiers abstrait sur les métiers « manuels », ces nouveaux marchands vendent des produits mais aussi les symboles que recherche la nouvelle classe moyenne : l’authenticité, la nostalgie, le raffinement, l’histoire…

 

Chez Koalaboox on a aimé : le style acerbe mais pertinent et juste de l’auteur, le journaliste Jean-Laurent Cassely. Celui-ci appuie ses propos d’une foule d’exemples concrets, d’entretiens, d’enquêtes et de présentation de cas réels. Grâce à l’auteur, on comprend mieux les motivations de ces diplômés, leur rapport au travail, leur approche du commerce de proximité et leur manière de redonner du prestige à des métiers et des fonctions longtemps ringardisés par le progrès et le tout-numérique.

On a un peu moins aimé : Le livre, de par la nationalité de l’auteur s’intéresse surtout aux entrepreneurs français, voire parisien. Même si de nombreuses analogies peuvent être faites avec la Belgique, certaines situations et certains profils émanent des caractéristiques de la société française (système éducatif élitiste et onéreux, lois sociales, aide à l’entrepreneuriat…), où ces profils peuvent paraître encore plus atypiques. On se sent un peu éloigné de la situation de notre plat pays, mais la démonstration n’en reste pas moins éclairante !

 

La-révolte-des-premiers-de-la-classe_Koalaboox

Cliquez sur l’ouvrage pour être redirigé vers le webshop de l’éditeur (et on ne gagne pas un sous dessus 😉 )

 

 

Photos & illustrations : Koalaboox, Pearson, Glenat, Arkhe

_____________________________________

1 JOUR, 1 ENTREPRENEUR